FRANCE CATHOLIQUE - 23 juin 2010

 

Je voudrais saluer Yves Semen, dont j’admire le travail à propos de l’anthropologie de Jean-Paul II. A mon avis, en se consacrant, depuis de nombreuses années, à l’étude de la pensée du précédent pape sur ce sujet capital, il rend un signalé service à l’Eglise, aux hommes et aux femmes de notre temps (…) Nous avons été créés pour Dieu, êtres d’amour signifiés par notre ouverture à l’autre, notre capacité à aimer celui ou celle qui s’affirme dans la différence. C’est ainsi que nous correspondons à notre ressemblance divine. Cet enseignement de Jean-Paul II, Yves Semen ne cesse de le reprendre. Ainsi nous aide t-il puissamment à affronter un des défis les plus graves de notre temps.

 

Gérard Leclerc

(Chronique lue le 22 juin sur Radio Notre-Dame)

 

 

LA NEF n° 215 - Mai 2010

 

Entre 1979 et 1984, le pape Jean-Paul II a consacré ses catéchèses du mercredi à la « théologie du corps », ce qui inspira à Yves Semen, docteur en philosophie et directeur de l’Institut Philanthropos (Fribourg, Suisse), la rédaction d’un ouvrage paru en 2004 sous le titre La sexualité selon Jean-Paul II. Puisant au même enseignement, il publie aujourd’hui un essai consacré plus spécifiquement à la spiritualité du mariage. Découpé en treize esquisses, et non en chapitres, afin de laisser la porte ouverte à des approfondissements du sujet traité, ce livre passe en revue tous les aspects de la vie maritale, prenant en compte les époux dans les trois dimensions constitutives de leurs personnes : corps, âme et esprit. Chacune d’elles participe à sa façon, et avec le secours de la grâce du sacrement, à la réalisation de la communion qui caractérise le mariage chrétien, lequel ne saurait être réduit à un contrat juridique comme c’est le cas, entre autres, pour le mariage musulman.
Le propos de l’auteur, que l’on découvre sous les traits d’un homme riche d’une grande expérience (marié et père de huit enfants, il enseigne ces matières à Paris et Fribourg), consiste à montrer, nombreux exemples et suggestions à l’appui, de quelle manière le mariage peut être vécu comme une authentique vocation, c’est-à-dire un appel de Dieu, selon ce qu’énonçait d’ailleurs le concile Vatican II, et offrir ainsi une voie de sainteté, à côté du sacerdoce et des vœux religieux.
Des lecteurs pourront s’étonner de l’usage de mots (liturgie, consécration), que l’on réserve d’habitude au culte divin et à la vie religieuse, pour traduire certaines réalités de l’amour conjugal. Pourtant, comment ne pas suivre l’auteur lorsqu’il établit un lien entre eucharistie et mariage, les deux sacrements de l’amour ? L’enseignement de Jean-Paul II marque une avancée certaine, destinée au bien des époux, mais il serait erroné d’en déduire que l’on est en présence d’une remise en cause de la doctrine traditionnelle de l’Eglise sur le mariage. Comme en d’autres domaines, il n’y a pas ici herméneutique de la rupture mais développement homogène de la pensée catholique. C’est pourquoi on peut dire qu’au travers d’une démarche tout empreinte de délicatesse et d’exigence, Yves Semen nous offre un livre capable d’aider bien des chrétiens mariés.

 

Annie Laurent

 

   

 

FAMILLE CHRETIENNE - n° 1676 du 27 février au 5 mars 2010

 

Le mariage, vocation et mystère

 

Et si 2010 était l'année du grand dévoilement de la personnalité et de la pensée de Jean-Paul II ? Cinq ans après sa mort, les révélations sur sa piété personnelle et l'austérité de sa vie, recueillies à l'occasion de son procès en béatification, coïncident avec la parution de l'étude d'Yves Semen sur l'enseignement de ce grand pape sur la spiritualité conjugale.

 

Docteur en philosophie, directeur de l'Institut Philanthropos à Fribourg (Suisse), l'auteur avait déjà mis à la portée du grand public la réflexion anthropologique et théologique de Jean-Paul II sur la sexualité. Le succès international de La sexualité selon Jean-Paul II (paru en 2004 et traduit en quatre langues) montre à quel point il répondait à une attente. Gageons qu'il en ira de même pour celui-ci qui fait mieux que prolonger celui-là, en nous conduisant au coeur de la méditation du pape sur le "grand mystère" du mariage.

 

Comme le souligne dans sa préface le cardinal Barbarin, "son originalité est de fonder sur la théologie du corps de Jean-Paul II l'approche de ce que pourrait être une spiritualité spécifiquement conjugale".

 

(...)

 

Un "sacrement primordial" selon Jean-Paul II

 

Cette expression peut intimider. Mais le talent d'Yves Semen est d'aplanir les aspérités intellectuelles des discours du pape sans caricaturer sa pensée. Il procède en treize "esquisses" comme autant de canaux conduisant au mystère sacramentel qui irrigue la vie des époux pour les conduire ensemble à la sainteté. Qu'il s'agisse de la vocation au mariage, des grandeurs et de l'humilité, des tentations, des épreuves et des joies qu'il occasionne, du pardon et de la communion des époux, ou encore de la délicate question de la chasteté conjugale, les principales réalités de la vie des personnes mariées apparaissent transfigurées par la lumière à la fois traditionnelle et nouvelle que projette l'enseignement de Jean-Paul II sur le mariage comme "sacrement primordial" : par cette expression inédite, le pape fait entendre que l'union spirituelle et corporelle de l'homme et de la femme dans le mariage "révèle l'être même de Dieu et son dessein d'amour sur toute la Création".

 

Vertigineuse perspective, certes déjà annoncée par la Genèse et entée sur le sacrifice du Christ par saint Paul dans l'Epître aux Ephésiens, mais dont le pape polonais a développé de nouvelles harmoniques pour les hommes et les femmes du IIIème  millénaire. C'est en quelque sorte une "symphonie du Nouveau Monde" qu'Yves Semen donne à entendre aux couples chrétiens pour que leur amour conjugal en soit renouvelé.

 

Philippe Oswald

 

 

LE FIGARO - 1er mars 2010

 

L'esprit du couple

 

IL FALLAIT OSER, le terrain est miné. Publier aujourd'hui un livre sur La spiritualité conjugale selon Jean-Paul II relève du non-politiquement correct. Après La sexualité selon Jean-Paul II publié en 2004 (une référence en ce domaine), Yves Semen, docteur en philosophie, signe un second ouvrage sur cette réalité.

 

Filon éditorial ? Une passion plutôt de cet auteur à contre-courant pour l'aspect le plus novateur de l'enseignement théologique de Jean-Paul II et... toujours largement méconnu : sa "théologie du corps". Après des siècles de jansénisme et de manichéisme, cet enseignement, d'apparence surannée - une sorte de réhabilitation de la sexualité et du plaisir -, est une révolution de la vision chrétienne du corps. "La façon manichéenne de comprendre et d'évaluer le corps et la sexualité de l'homme, avait affirmé Jean-Paul II, est essentiellement étrangère à l'Evangile."

 

Cela étant posé, le problème de l'adhésion ou du refus de cette vision reste entier. Et c'est tout l'intérêt de ce livre qui prend de la hauteur pour envisager la relation entre l'homme et la femme sous l'angle de sa "spiritualité". Hissé à ce niveau, l'essentiel semble apparaître dans toute sa dimension. Et l'on découvre, au fil des pages, qu'une "théologie", une "spiritualité",  peut être aussi une  "sagesse", une "philosophie" de la vie de couple. Tous, croyants ou non, peuvent y puiser une réflexion, parce que tous se trouvent confrontés aux mêmes questions.

 

S'il existe de multiples points de désaccords et de débats sur la vision catholique du mariage - exposée sans détour dans ces pages préfacées par le cardinal Philippe Barbarin, il y a aussi des notions communes qui parlent à tous dans une vie à eux. Les mots pour dire cet  "amour durable"  paraissent dépassés, mais ils sonnent terriblement juste. Yves Semen n'assène aucune leçon. Partant de l'enseignement classique de l'Eglise, il fait réfléchir. Il a même choisi le terme "esquisse" pour désigner ses "chapitres". Ce qui donne un ton ouvert à cet ouvrage que seul un laïc, intellectuel et père de famille,  pouvait avoir la liberté d'entreprendre sur un sujet aussi sensible.

 

Jean-Marie Guénois